a

Facebook

Twitter

Copyright 2014-2019 E-Business Afrika Sarl.
Tous droits sont réservés.

8:00 - 16:30

Heures d'ouverture Lun. - Ven.

821.142.460

Appeler pour les renseignements

Facebook

Twitter

Search
Menu

Une personne malade ne peut pas travailler, réfléchir, être production et espérer malgré la volonté qu’elle peut avoir, contribuer au développement de son pays et E-Business Afrika l’a compris depuis longtemps ; c’est pourquoi nous réunions les meilleurs experts sur la toile pour travailler sur une base des données fiable qui réunira les meilleurs informations et conseil sur la santé en RD Congo, les épidémies, les VIH, etc., et sensibiliser la population à accompagne les initiatives de l’état via le Ministère de la Santé et les partenaires extérieurs d’appui au développement dans leurs luttes sans relâche contre les maladies chronologiques ou épidémiologiques.

Notons que pour le cas du paludisme par exemple, Le ministère de la santé a enregistré plus de 4 millions de cas de ce dernier sur l’ensemble du territoire, ayant entraîné la mort de 13 000 personnes, ce qui fait de cette maladie la première cause de mortalité.

Mais, selon le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), 80 % des personnes atteintes par cette maladie ne consultent pas dans les hôpitaux et ne sont donc pas comptabilisées dans les statistiques et cela que E-Business Afrika se veut être un partenaire et acteur stratégique d’accompagne au gouvernement pour améliorer l’accès aux données qui sont malheureux dispersées et dans le pire de cas, inexistantes.

Après avoir été violer, le rétablissement ou la réintégration social est un grand problème pour la plupart de nos filles et mères parce que les accompagnes d’aident à ces victimes sous encore insuffisantes même s’il y a des avancées significatives dans ce secteur depuis les 5 dernières années. Quelques 200.000 femmes ont été violées dans le pays entre 1996 et 2008, et plus de 8.000 dans les provinces orientales du Nord-Kivu et du Sud-Kivu rien qu’en 2009. Et les viols continuent dans certaines villes comme Beni. Nous pensons être utile en apportant des solutions de réinsertion via des programmes adaptés à certains contextes du pays et cela dans l’assistance psychologique et professionnelle.